Accueil

Bienvenue sur le site de Pierre Nicolas !

Site consacré au contrebassiste Pierre Nicolas (1921-1990) qui accompagna pendant près de trente ans Georges Brassens. Il fut également l'accompagnateur de Charles Trenet, de Barbara, de Catherine Sauvage, de Françoise Château, de Valérie Ambroise etc.

 

Pierre naquit le 11 septembre 1921, à l'impasse Florimont dans le 14e arrondissement de Paris. C'est dans cette même impasse que vivra Georges Brassens, bien des années plus tard. Pierre y vécut jusqu'à l'âge de neuf ans. Il travailla, quelques années plus tard, à la SNCF et aux PTT avant d'intégrer l'orchestre de Léo Clarens. C'est au cours d'une soirée chez Patachou qu'il fit la connaissance de Brassens. Il monta sur scène, à la demande du jeune chanteur, afin d'y faire quelques "boum boum" à l'aide de sa contrebasse. Avec Patachou, Brassens et Nicolas partirent pour une tournée en Belgique, tandis que l'étoile de Georges illuminait, d'une lumière de plus en plus vive, le ciel de la chanson française.

 

De retour en France, Pierre vaqua à ses occupations. Ce n'est qu'en 1954 que son accompagnement auprès de Georges Brassens fut officiel. Auparavant, le chanteur n'avait pas les moyens de se payer un accompagnateur. Une longue collaboration de 27 ans s'ensuivra. Outre la relation guitariste/contrebassiste, c'est une véritable amitié qui les unira pour toujours.

 

Pierre Nicolas fut présent à l'enterrement de Brassens, le 31 octobre 1981. A la mort de son ami, le contrebassiste aura ses mots "Je ne parlais pas de Brassens avant, je ne peux pas parler de lui maintenant. Il faut attendre que l’émotion s’apaise."

 

Il continua à accompagner d'autres artistes, notamment Charles Trénet et Catherine Sauvage. Il n'eut de cesse de faire perpétuer l'oeuvre "du vieux" (surnom affectueux qu'il donnait à Brassens). Valérie Ambroise fut de celle qui continua à chanter les chansons de Brassens. Elle fut accompagnée par Pierre.

 

Pierre Nicolas mourut le 21 janvier 1990, à l'âge de 68 ans, des suites d'une longue maladie. Encore actif quelques semaines avant sa disparition, il n'aura pu mener à bien son projet d'écrire Brassens vu de dos, ouvrage qui devait parler de ses trente ans de collaboration avec le poète sétois.

Logo
×